« Nourrir sa vie ... »

Accueil > Crypto-médecine > Lacher la bride des sciences médicales

Lacher la bride des sciences médicales

samedi 5 juillet 2014, par Zénon

L’occident à fait le pari de l’outil chimique pour contrôler la biosphère. A sa suite, la médecine occidentale à fait le pari de la réponse pharmacologique. Pari gagné au vu de la puissance d’action des molécules sur le biologique.

Enfant, ado geek des année 90 (c’était pas sexy à l’époque) je suis devenu un adepte de la méthode scientifique. Comme chacun, j’ai lu Laborit : "nos idées, via les émotions, agissaient sur notre biologie (système immunitaire, endoc, entérique, etc)"
Je ne doutais pas que 25 ans plus tard une psychosomatique de pointe, (par exemple) aurait vu le jour.
Et, bien non, toujours ce paradigme que le corps et l’esprit cela se passe dans des boites parfaitement séparés. Paradigme bien utile pour les marchands de molécules...

Donc, je m’ennuie !

J’attends que les monopoles mercantiles qui font leur beurre sur la monoculture de la seule réponse pharmacologique lâchent un peu la bride (la laisse) aux chercheurs.

Alors, peut-être, des études ambitieuses fleuriraient au sujet d’hypothèses thérapeutiques pleine de raison et de vitalité :

  • L’action de la psyché sur la biologie (méditation, sagesse du quotidien, etc.)
  • Les conséquences pour la vitalité et la longévité humaine de choix sociaux et politiques qui n’auraient pas pour seul horizon l’assouvissement des insatiabilités morbides.
  • L’acupuncture
  • Etc.

Ici et là sur des forums ou des blogs je parle de ... mon désir de voir la science sortir de ses ornières mercantiles. Une renaissance des dernières pétillantes années du XIXème siècle avec sa ferveur scientifique incendiaire.

MPEG4 - 3.8 Mo

Et puisque les formats ou je post m’oblige à synthétiser ma penser et à la rendre attrayante, je trouve pas trop mal, parfois, le résultat...

A propos de la psychosomatique :

Mon commentaire suite à l’article, petites pâtisseries dont je suis devenu addict, de GrangeBlanche :

Suite à la lecture de "L’influence qui guérit" de Tobie Nathan le MG que je suis a décidé de réintégrer de temps en temps – consciemment – la dimension "sorcier" à mon activité …

Je pense que la physio du truc a un rapport avec ce que j’appelle le P-ABC : "le pouvoir d’action biologique du cerveau"…

L’idée derrière est que les neurones qui nous servent pour la psyché ne sont pas séparés des neurones en charge de l’homéostasie par un isolant suprême, amagnétique, adiabatique, etc. Qu’ils partagent, peut-être, des connexions dendritiques, voir que certains neurones peuvent participer aux réglages physiologiques &/puis à la psyché...

Et, que l’évolution a du faire avec !

Oh zut, je suis lancé ;-)

Punct Fiction :


Sur le site "Rhumatologie en pratique" que je découvre :

Je découvre votre Blog ce matin, et je me dis : « tient un médecin comme moi qui désire faire une théorie du tout, psyché comprise » ;-)

Je vois que nous avons emprunté des chemins différents. Beaucoup d’énergie et de travail de votre coté me semble t-il. De la nonchalance et du laissez aller du mien ? (Faites un tour vers le « brouillon informe » sous spip que j’ai osé mettre en ligne !)

J’ai vu dans votre présentation que vous n’appréciez pas trop les acupuncteurs que vous avez côtoyés. Je verrai bien car je rajoute cette pratique à mon activité de MG début septembre. Mon avis est que cela pourrait être scientifiquement beaucoup plus « sioux » qu’il n’y parait… :

Les éthologues savent que la stimulation de certaines zones du derme est aussi une communication qui enclenchent tel ou tel pattern (engramme) cognitif instinctif.
Un exemple pour illustrer cette hypothèse : la stimulation de tel zone de point acup => stimule l’instinct de défense du territoire => action physio du cerveau en rapport => augmentation du tonus dorsal => etc.
Les chinois auraient été assez malin pour cartographier et décrire les effets des actions sur les restes éthologiques de communication par le toucher chez Homo sapiens.

En parlant de sapiens et des chinois : un de leur vieux bouquins (le lingshu) décrit un modèle de polyconscience :

Notre conscience, tel l’empereur, influençable ou sage, recevrait des sollicitations de deux conseillers (deux esprits). Le Hun en charge de la renommé (ce qui nous enjoint de nous épuiser à faire un site internet) et le Po-instinctif en charge de « l’entretien de la vie » (l’apéro, la flemmardise, etc ;-).

Soit l’empereur est déchiré et soumit tantôt à l’un, tantôt à l’autre. Soit il prend conscience de la sagesse et de la complémentarité paradoxale des deux attitudes et crée une façon, sage, d’être.
(En vérité, c’est encore plus sioux ils décrivent 7 esprits Po sur un rocher qui débattent avec 3 esprits Huns plus bas près d’un grand pin ; s’ils se séparent c’est la mort…)

Les hommes de tout temps, enfin les plus malins, ont bien senti et on décrit (peut être avec finesse) comment cela se passait en nous, pour nous. Ils l’on fait avec leurs temps, les savoirs et les images de leur époque, comme nous aujourd’hui avec les neurosciences…

Content de vous avoir découvert, je m’abonne à la liste. @+

A propos du futur DSM 6 :

Suggestion de recherche au sujet de troubles psycho-pathologiques étonnement oubliés du DSM 5 ;-)
(mis en ligne sur le Forum d’atoute du visionnaire Dr Dupagne (avec qui j’adore jouer les orchidoclastes.)

  • accès morbides de cupidité
  • accès délétère d’insatiabilité chronique
  • ipsumnecrosis
  • psychopathies socialement valorisé
  • Conspicuous consumption